mardi 23 octobre 2012

Cinéma israélien : Phobidilia

Publié sur le site http://www.un-echo-israel.net le 9 mars 2010. Par Misha Uzan


PhobidiliaLes deux cinéastes américains connus sous le terme de frères Cohen ont à présent leur pendant en Israël : les frères Paz, Yoav et Doron. Réalisateurs de clip vidéos et commerciaux pour la télévision depuis quelques années et diplômés de la faculté de cinéma de l’université de Tel Aviv, Yoav et Doron Paz ont achevé respectivement à 33 et 31 ans leur premier long-métrage : Phobidilia. Diffusé récemment au festival international de Toronto ainsi qu’à celui de Singapour, tout récemment en salle en Israël, le film fait aussi partie de la sélection du 10e festival du film israélien de Paris du 10 au 16 mars 2009, présidé par Yvan Attal. Une occasion pour le public français de découvrir aussi bien les frères Paz que les acteurs du film, ainsi qu’un certain style israélien.
Pour leur première sortie en salle Yoav et Doron ont choisi dans le premier rôle du film, Ofer Schechter, un jeune séducteur blondinet très connu du public israélien pour ces nombreuses interprétations dans des séries et programmes télévisés. Efrat Baumwald, elle aussi habituée aux séries télévisées, a le premier rôle féminin. Adapté d’un roman d’Izhar Har-Lev, c’est l’histoire de Regev, un jeune israélien qui, suite à un traumatisme émotionnel dans un lieu public L'acteur Ofer Schechterdécide de s’enfermer chez lui. Le monde extérieur devient sa phobie et son appartement son idéal. Loin de souffrir de cette situation, le jeune homme sait apprécier les options du monde moderne : les livraisons à domicile, les programmes télévisés, l’accès à internet (y compris pour ses fantasmes sexuels), son petit chat et l’entretien de son jardin. Mais tout se complique lorsque Grumps, interprété par Shlomo Bar-Shavit, l’agent immobilier de l’immeuble, lui annonce qu’il doit évacuer l’appartement pour cause de vente. Une guerre éclate entre les deux hommes. Daniela en revanche, enquêtrice pour une émission de télévision, vient elle aussi perturbé son cocon, mais en lui rendant le goût de l’aventure et des relations amoureuses.
En un sens, le film est une expression cinématographique des ermites modernes : ceux qui ne vivent que par écrans interposés et visites à domicile. Bien que le scénario soit assez plat et le décor presque entièrement limité à l’intérieur d’une maison, la réalisation, qui combine plans variés et musique électronique, parvient à rendre le film intéressant. Le jeu d’Ofer Schechter, nominé pour le titre de meilleur acteur aux Ophir Awards, donne aussi un peu de rythme au tout. Ce n’est pas le film de l’année, mais une pierre à l’édifice déjà non négligeable du septième art israélien.



Réalisation: Yoav Paz, Doron Paz
Production: Guy Behar, Shai Eines, Amir Golan
Scénario: Izhar Harlev, Doron Paz, Yoav Paz
Photographie: Nitai Netzer
Montage: Simon Herman, Rotem Shamir
Avec: Ofer Shechter, Efrat Baumwald, Shlomo Bar-Shavit
Année: 2009
Durée: 90 minutes
Musique: Ran Jurgenson, Uri Ophir