vendredi 30 novembre 2012

Les fondateurs de Neve Tzedek : Shimon Rokach (2e partie)


Publié le 5 mai 2010 sur le site http://www.un-echo-israel.net

Aharon Chelouche (en bas à gauche), Shimon Rokach (au cent

On qualifie généralement Shimon Rokach, avec Aharon Chelouche (1e partie), de co-fondateur de Neve Tzedek. Jérusalémite, le jeune Shimon s’installe à Jaffa en 1884. La seule maison en construction à l’extérieur des murs de la surpeuplée Jaffa est celle d’Aharon Chelouche. Mais Rokach convainc d’autres familles juives de Jaffa de sortir des murs de la ville. En 1887 ce sont dix maisons pour dix familles qui sont construites. Parmi elles, celle d’Aharon Chelouche bien sûr, la première, et celle de Shimon Rokach. Construite par un architecte autrichien, on la reconnait particulièrement pour son dôme. Par ailleurs les maisons de Neve Tzedek sont alors les premières à disposer de toilettes et cuisines familiales. Entreprenant, très actif, Shimon est choisi pour devenir le chef de la petite communauté en développement. Négociant avec les officiels turcs, il pourvoit la communauté juive d’un hôpital, d’une école, d’une bibliothèque et d’un cimetière. Shimon développe également la plantation d’oranges dans la plaine du Sharon et le long de la rivière Yarkon (aujourd’hui au nord de Tel Aviv). Il met en place un système de production et d’exportation des oranges vers l’Europe. Il prend également soin d’accueillir les nouveaux immigrants qui débarquent sur le port de Jaffa. Les édifices hors les murs se multiplient petit à petit. En 1906 c’est la création d’Ahouzat Bait, la société chargée de fonder la première ville hébraïque moderne. En 1909 naît Tel Aviv.

Shimon Rokach meurt en 1922, deux ans après le décès de son ami Aharon Chelouche. La maison Rokach connaît à peu près le même sort que la maison Chelouche. Gérée par une organisation publique pour le bien du quartier elle tombe en désuétude comme tout Neve Tzedek. Ce n’est qu’en 1983 que Lea Majaro-Mintz, petite fille de Shimon Rokach, entreprend sa rénovation. Elle l’ouvre au public en 1984, cent ans après sa construction. Elle y expose ses sculptures et ses peintures qui représentent généralement des femmes vues d’un point de vue féminin : des femmes mûres, fatiguées, se relaxant, enrobées… Lea Majaro-Mintz a aussi fait de la maison Rokach un musée sur toute la période de fondation de Neve Tzedek. Tableaux, sculptures, points d’histoires sont exposés au rez-de chaussée tandis que le premier étage accueille généralement des événements culturels, des concerts, des conférences. Le visiteur peut aussi y visionner un court film en anglais sur l’édification de Neve Tzedek. La maison prend place au numéro 36 de la rue qui porte le nom de son premier propriétaire : la rue Shimon Rokach. A deux pas de là, sur la même rue, se trouve aussi l’ancienne maison des écrivains, devenue le musée Nahum Gutman.

Chef de la communauté de Neve Tzedek, ami d’intellectuels de renom, Shimon Rokach est aussi l’héritier et le père d’une famille qui a marqué le pays d’Israël. Son grand père n’est autre que le Rabbi Israël Bak (1797-1874), un imprimeur immigré d’Ukraine en 1832, à Safed. Grâce à ses connaissances en médecine, il sauve de la mort Ibrahim Pasha, alors général égyptien et fils de Muhammad Ali, régnant sur la région. Bak parvient ainsi à faire épargner sa famille des massacres commis par les soldats égyptiens en Galilée, après la révolte druze de 1834. Il crée aussi avec l’accord égyptien, la première ferme moderne d’Israël. Mais le retour des Turcs en 1837 annule les précédents arrangements, sa ferme est détruite, et Israël Bak part pour Jérusalem. Il y ouvre une nouvelle imprimerie et détient rapidement le monopole de l’impression en hébreu dans la ville. Il publie bientôt la revue hassidique « Havatzelet ». Il construit aussi avec son fils Nissan Bak, la synagogue ‘Tiferet Israël’ à Jérusalem.
D’autres Rokach ont marqué l’histoire d’Israël : le frère aîné de Shimon, Eliezer Rokach (1854-1914), avec qui il fonda l’association Bné Zion, une association destinée à apporter assistance aux Juifs de Jaffa ; et surtout l’un de ses fils Israël Rokach (1896-1959) qui fut maire de Tel Aviv (1936-1953), puis ministre de l’intérieur (1953-1955) et vice-président de la Knesset (1957-1959). Enfin Léa Majaro-Mintz, sa petite fille à l’origine du musée Shimon Rokach, a remporté le prix Jérusalem de Sculpture en 1983.
Aussi si Shimon Rokach a marqué Neve Tzedek, sa famille a marqué tout le pays.

La maison Rokach est ouverte du dimanche au jeudi de 10 heures à 16 heures ;
Le vendredi et le samedi de 10 heures à 14 heures.
Tél : 03-5168042 ; Fax : 03-5168256

Voir aussi le site internet : http://www.rokach-house.co.il/