vendredi 1 février 2013

Israël dans l'espace

Ilan Ramon
par Mylène Sebbah pour Israëlinfos

Une décennie après la mort tragique d'Ilan Ramon dans le crash de la navette spatiale américaine Columbia, l'Agence spatiale israélienne veut envoyer un autre Israélien dans l'espace.

L'Agence spatiale israélienne (ISA) prend actuellement des contacts informels avec les autorités spatiales internationales dans la perspective d'assurer la formation d'un Israélien à un vol spatial.
Et même si la NASA a arrêté l'envoi de navettes spatiales habitées, il reste toujours la possibilité de l'envoyer travailler d'ici quelques années sur la Station spatiale internationale.

Par ailleurs Israël qui n'avait que le statut d'observateur au Comité des Nations Unies sur les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique (COPUOS) - l'organe central international qui traite des questions spatiales- est désormais invité à le rejoindre en tant que membre à part entière.

Cette proposition a été faite à l'occasion d'une conférence annuelle qui a réuni dernièrement, à Herzliya une douzaine de hauts fonctionnaires spécialistes de l'espace et des scientifiques du monde entier. Ils venaient rendre hommage au premier astronaute israélien, Ilan Ramon mort en mission dans l'espace il y exactement dix ans.

Les membres de l'Agence spatiale israélienne ont offert au chef du CUPUOS, le Dr Mazlan Othman, le modèle d'un satellite israélien afin de l'intégrer à l'exposition permanente du CUPUOS à Vienne, qui comporte des modèles de véhicules spatiaux divers de nombreux pays impliqués dans l'exploration spatiale. 

Jusqu'à présent, Israël - un des chefs de file mondiaux dans le développement de satellites – n'avait aucun objet représenté là-bas.
Le directeur général du ministère des Sciences et des Technologies, Menahem Greenblum, et le directeur-général adjoint pour les initiatives industrielles de la Commission européenne, le Dr Paul Weissberg, ont parallèlement signé un accord qui ouvre la voie à une coopération entre Israël et l'Union Européenne dans le domaine de l'espace. 
L'accord devrait permettre aux industriels et chercheurs israéliens de s'impliquer dans des projets spatiaux européens.