mercredi 24 avril 2013

La Danse israélienne sous les frontières


Avec Citizenkane.fr     

Un article du Nouvel Observateur a relevé une manifestation artistique toute particulière qui commence aujourd'hui au Théâtre de Chaillot à Paris : intitulée "Sous les frontières" elle invite des danseurs et artistes du Proche Orient. Un pays de la région se démarque largement par l'ampleur de son contingent d'artistes, Israël. Comment un si petit pays grand comme deux départements français et d'à peine 8 millions d'habitants depuis cette année, peut-il être leader de toute une région en matière artistique?

La Danse en Israël


La scène israélienne de danse semble s'être faite tout particulièrement remarquée au théâtre de Chaillot près du Trocadéro à Paris par la force de son contingent. Israël connaît le plus gros foisonnement de chorégraphes et de danseurs, non pas seulement au cours de cette manifestation mais de façon générale. La diversité culturelle et sociale qui règne en Israël semble y être pour quelque chose. Un si petit pays, le seul démocratique de la région, démontre que la culture y a également été démocratisée. Par l'excellence d’une école de danse liée à la compagnie la plus illustre du pays mais surtout par la liberté artistique qui règne en Israël, profitant de populations de diverses horizons, Israël devient leader du Proche-Orient en matière de danse et s'impose également comme un pays avec lequel il faut compter y compris en Europe.

Retrouvez la Compagnie Batsheva avec deux spectacles : "Sadeh" du 24 au 26 avril et "Deca Dance" les 27 et 28 avril. Théâtre de Chaillot : 01 53 63 30 00 ou www.theatre-chaillot.fr


Danse et Culture en Israël


Tout n'est pas rose pourtant artistiquement parlant en Israël. On ne saurait que rappeler les conditions de travail difficiles des artistes dans un pays vivant sous la menace constante de la guerre, un pays qui il y a quelques jours encore, recevait une nouvelle roquette sur la tête, tombée dans la région d'Eshkol dans la nuit de samedi à dimanche. Israël est aussi un pays qui, bien qu'ayant brillamment surmonter la crise, ne peut se permettre de la subir compte tenu de l'importance de son budget de la défense. Si bien que le budget d'autres départements en prend un coup et parmi eux, bien évidemment, la culture. L'actuel ministre des finances, Yaïr Lapid, lui-même ancien journaliste, a annoncé en effet qu'il se préparait à de sérieuses coupures de budget pour rembourser la dette de l'Etat, même si celle-ci n'est toutefois pas comparable aux dettes de certains Etats européens. Mais la situation n'est pas nouvelle et on a pu relever les cas de plusieurs artistes expatriés pour pouvoir exercer leur art avec plus de moyens en dehors d'Israël : Hofesh Shechter en Grande-Bretagne, Emanuel Gat ou Yuval Pick en France, ou encore Itzik Galili aux Pays-Bas. Il n'empêche que les compagnies de danse se sont multipliées en Israël. Et on ne saurait bien évidemment oublier celles de danse israélienne.

Culture internationale en Israël

Cette manifestation au théâtre du Chaillot à Paris est l'occasion de constater une fois de plus à quel point la culture israélienne s'exporte. Nous notions encore il y a peu par exemple le succès du cinéma israélien où là encore, un petit pays de 8 millions d'habitants réussit, grâce à des productions israélo-allemandes ou israélo-françaises, à compter parmi le cinéma mondial. Mais il ne faudrait pas non plus oublier à quel point la culture internationale s'importe en Israël, non seulement par les Israéliens eux-mêmes et leurs diverses origines ou influences, mais aussi par de grandes occasions. Pou exemple, du 28 avril au 5 mai se tiendra presque "sous les frontières", dans la ville frontalière d'Eilat, sur la mer rouge, à l'extrême sud d'Israël, un festival international de musique cameri (ou musique de chambre) qui comprendra des invités internationaux de grande renommée. Un festival attendu qui illustrera à nouveau l'exception culturelle d'Israël.