vendredi 7 juin 2013

Révolte juive à Séphoris : l'autre Bar Kochva

Par Mylène Sebbah pour Israëlinfos.net


Le 7 mai de l'an 351 de notre ère, éclatait une révolte contre l'empire romain, deux siècles après celle de Bar Kochba, mettant aux prises la population juive de la Galilée et Gallus, le César de l'Est.

Après la révolte de Bar Kochba brisée dans le sang à la fin de l'an 136 et l'interdiction faite aux Juifs de résider à Jérusalem, la vie spirituelle de la population juive en Israël s'est repliée sur la Galilée. Tzippori (Séphoris en latin, appelé Diocaesarea par les Romains) est devenue le centre de la vie spirituelle juive dans la région. 

Ce fut même le siège du Sanhédrin, le Tribunal rabbinique qui plus tard déménagea à Tibériade.

Quelque vingt années plus tôt, en 324, l'empereur Constantin avait
installé la nouvelle capitale de l'Empire romain à Byzance qu'il rebaptisa de son propre nom - Constantinople. 
Il divisa les responsabilités administratives de l'empire entre Constantinople et Rome. 

En 351, son deuxième fils accède au statut d'empereur, sous le nom de Constantin II. 
Pour superviser la partie orientale de l'empire, il nomme Constance Gallus, un cousin, qui devient César, subordonné à l'empereur. 
Le lien de Constance Gallus et de l'empereur est renforcé par son mariage avec la sœur de l'empereur qui, elle-même, a pour prénom Constantina. 

Le couple royal s'installe le 7 mai 351 à Antioche dans ce qui est aujourd'hui la Turquie.
Le jour même jour où éclate une révolte en Palestine. 

Cette révolte prend sa source dans l'oppression dont sont victimes les Juifs de la part des Romains. Elle est conduite par deux hommes, Isaac, originaire de Séphoris et un dénommé Patricius (en grec), en fait Natrona, un nom messianique en hébreu. 

Les Juifs réussissent à prendre le contrôle de la garnison romaine à Sephoris et dans plusieurs autres villes, y compris Tibériade. 
Ils détruisent les places fortes et attaquent les habitants non-juifs de la ville. 

À ce stade, Gallus ordonne à son responsable militaire, Ursicinius, de mater la rébellion. 
Celui-ci reconquiert Tibériade et Diospolis (aujourd'hui mieux connu sous le nom de Lod). Il envahit puis détruit Tzippori. Plusieurs milliers de rebelles juifs sont tués.

Tzippori / Diocaesarea est reconstruite puis détruite à nouveau, cette fois par un violent séisme, quelques années plus tard, en 363. 
Mais Gallus perd la confiance de l'empereur et est mis à mort en 354. 
Julien, cousin de Constantin II, devenu empereur en 360, permet aux Juifs de revenir à Jérusalem et leur donne même l'autorisation de reconstruire le Temple. 

Ce plan, cependant, ne fut jamais réalisé, en raison d'un violent tremblement de terre puis de la mort de l'empereur Julien en 363.