mercredi 2 janvier 2013

Entrée en vigueur d'une loi de défense des animaux en Israël

Alors que les associations et lobbys de défense des animaux se font de mieux en mieux entendre à travers le monde occidental, Israël entre lui aussi dans la tourmente.

En effet, une nouvelle législation votée en 2010 devrait entrer en vigueur en ce début d'année 2013 : la vente, la commercialisation et l'importation de produits de cosmétiques testés sur les animaux seront désormais interdites en Israël. En revanche les médicaments testés sur les animaux ne seront pas interdits.


"Les tests sur les animaux (...) infligent d'horribles souffrances aux animaux. Chaque produit requiert 2000 à 3000 tests, et les animaux meurent dans l'agonie", a déclaré le député travailliste Eitan Cabel, responsable du Lobby pour le Droit des Animaux. Le même Eitan Cabel qui s'était présenté contre Ofer Eini aux élections pour prendre la tête de l'organisation syndicale Histadrout.



Eitan Cabel
Cette loi représenterait une véritable "révolution" pour le bien-être des animaux en Israël selon les initiateurs de la loi.

Toutefois "l'association contre les tests sur les animaux" affirme que "depuis que le projet a été approuvé il y a deux ans, le ministère de la Santé devait établir des règles précises de réduction des cas autorisés de commercialisation pendant la période de transition, et ne l'a pas fait". (Source : Ynet)

Si bien que des entreprises de cosmétiques à l'étranger qui pratiquent des tests sur les animaux pourraient continuer à le faire tant que ce n'est pas corrigé. L'association contre les tests et l'association "Laissez vivre les animaux", ont déposé un recours devant la Cour suprême.

Plus largement, cette loi intervient également dans un contexte complexe de pressions de lobbys pour les animaux qui posent de nouvelles questions au monde moderne.

Au nom des animaux on interdit des tests pour la fabrication de produits cosmétiques,
au nom des animaux on boycotte également le foie gras,
et c'est encore au nom des animaux que certains ont défendu que la shehita, l'abattage rituel pour que la viande soit cachère, devait être interdite ...

Toutes les revendications sont-elles justes ou seulement une partie d'entre elles, et au nom de quels fondements?
De vastes questions qui continueront sans doute d'animer le débat ces prochaines années.