jeudi 14 février 2013

Shass part en guerre contre l'homosexualité

Si Tel Aviv est connue, dans le monde, pour accueillir une grande communauté homosexuelle, le parti ultra-orthodoxe sépharade Shass a decidé de se faire connaître aussi, pour ne pas s’y résoudre. Et c’est une vidéo a priori anodine et qui n’a pourtant rien à voir avec la Gay pride ou le dernier centre culturel gay, qui a provoqué le courroux du parti haredi.


Selon Ynet en effet, Shass aurait exigé de la municipalité de Tel Aviv qu’elle supprime une vidéo, qui aborde la cartographie et les outils technologiques mis en place dans la ville par la mairie, mais qui met aussi en scène deux hommes se tenant la main, Dan et Danny.

C’est un conseiller municipal membre du parti ultra-orthodoxe, Benny Babayof, qui a envoyé une lettre au maire de Tel-Aviv Ron Huldai pour protester contre la vidéo, qui a également été diffusée sur divers médias et réseaux sociaux.

"J’ai été consterné de voir dans la vidéo les personnages de "Dan et Danny" main dans la main, s’embrassant et e caressant l’un l’autre », a écrit Babayof.

"L’implication de l’orientation sexuelle du couple est inappropriée et ne doit pas être représentative de la ville de Tel-Aviv", a ajouté le conseiller. "La municipalité doit promouvoir les valeurs familiales et la Torah plutôt que des massages abominables. Par conséquent, je demande que vous retiriez la vidéo immédiatement."





Si le propos peut paraître défendre uniquement la position d’une partie de la communauté ultra-orthodoxe, assez peu répandue à Tel Aviv, il faut bien le dire, Babayof a également déclaré à Ynet : "Beaucoup de gens dans la ville s’opposent à ces opinions et essayent de toutes leurs forces d’éviter que Tel Aviv ne devienne la ville pour la communauté gay. C’est sans fondement."

La municipalité, a affirmé en revanche, via le conseiller municipal Yaniv Weizman, conseiller du maire de Tel-Aviv sur les questions relatives à la communauté LGBT (Lesbien,gay, Bisexuel et transexuel) telle qu’elle se définit elle-même, que "Tel-Aviv a été et continuera d’être une maison pour la communauté gay, malgré les efforts de forces obscures, représentés par le conseiller municipal Babayof .

"Il est de notre responsabilité d’assurer à chaque enfant, fille, citoyen et résident que ces voix ne représentent pas Tel-Aviv, elles ne sont légitimes en aucune façon."

La mairie de Tel Aviv a semble-t-il, bel et bien entrepris d’être gay-friendly comme on dit, et faire du pink-washing … la promotion d’Israël via la gay-friendly attitude.

Misha Uzan – Jforum / Correspondant spécial en Israël