jeudi 21 mars 2013

Une Haggadah à 100.000 dollars


La Haggadah la plus chère du monde s’est vendue cette semaine à Bne Brak pour 100.000 dollars. Travaillée par plusieurs artistes, très chère, ce serait une oeuvre d’art.


Sept personnes ont travaillé pendant trois ans sur cette Haggadah, qui pèse 4,2 kg et est orné de 24 carats d’or.

Cette Haggadah spectaculaire a été créée par Malkhout Waxberger, une entreprise qui vend des produits du judaïsme de haute qualité à lacommunauté haredie. La Haggadah a été écrite à la main et illustrée par un artiste principal et un personnel de six peintres sur un parchemin véritable, selon un processus qui a duré plus de trois ans.

Chacune de ses 76 pages a été travaillée pendant des heures par les artistes. Yoel Waxberger, qui a peint la Haggadah, a déclaré : "C’est un objet de collection. […] Il a fallu six à sept heures de travail pour les pages simples, tandis que les plus compliquées ont nécessité 50 heures de travail chacune. S’il n’y avait pas eu une équipe pour travailler avec moi, il m’aurait fallu neuf ans pour la terminer."
La Haggadah a été mise en vente pour l’année écoulée dans un magasin de Bnei Brak, dans l’attente d’un acheteur. Selon le directeur général du magasin, David Mordar, "Nous savions que quelqu’un pourrait l’acheter à la fin. Les gens viennent de partout en Israël, et même de l’étranger, pour la voir. Nous avons fait 100 copies, mais sur du faux parchemin, et chacune a été vendue pour 1.800 shekels [environ 490€]. "

L’identité de l’acheteur est restée secrete, mais le magasin a indiqué qu’il s’agissait du PDG d’une société internationale bien connue.

Waxberger a déclaré : "Nous avons travaillé sur cette création depuis si longtemps. Chaque fois que je l’ouvre, j’aime la regarder. Mais cet acheteur était important. Nous l’avons ouvert et porté un toast." Il a également souligné qu’il était sûr qu’elle serait vendue avant ce Pessah, et qu’elle ne sera pas laissée sur la table pendant le Seder : "C’est trop dangereux On doit faire attention à toutes les miettes et veiller à ce qu’aucune trace de vin ne se répande sur elle. Il s’agit d’un objet de collection.. . Dans tous les cas, l’acheteur va certainement en profiter."

Misha Uzan - JForum / Correspondant spécial en Israël