mercredi 20 mars 2013

Pessah en Israël


Un premier Pessah en Israël sera sans doute étonnant pour quiconque vient de la diaspora.


Comme souvent en Israël, on marque la fête, mais pas toujours comme on en a l’habitude en diaspora.
Beaucoup d’Israéliens n’observent pas Pessah au sens où on l’entend habituellement, c’est-à-dire qu’ils consomment du Hametz.

Certains font le plein de pain avant la fête, faute d’en trouver dans les grands supermarchés pendant huit jours.

Mais qui sait chercher, sait en trouver, y compris pendant les huit jours de fête, d’autant plus depuis les dernières décisions de la Cour suprême d’Israël, qui élargit la vente de hametz à Pessah.
Toutefois Pessah trouve sa place en Israël. On ne peut ignorer les préparatifs de la fête, les magasins qui ferment, ceux qui se cachérisent, en recouvrant la moitié du magasin de grandes bâches, et les restaurants entièrement casher le pessah.

On trouve pratiquement de tout à Pessah en Israël : des pâtes cacher le pessah, des pizzas, des sandwiches à la farine de galette et à peu près tout ce qui se mange.
Mais le goût n’est pas toujours au rendez-vous.

En revanche, les francophones auront du mal à trouver les matzot rondes qui se font à Paris ainsi que les gâteaux de Pessah que consomment les nord-africains.

Seules Netanya et Ashdod relèvent un peu le niveau.

Il faut aussi souligner que les prix, à Pessah, en profitent généralement pour augmenter d’un ou deux shekels … et parfois, après Pessah, certains oublient de les remettre à leur niveau.
Pessah est donc aussi synonyme d’inflation.

Cette année, le Bureau central de statistiques d’Israël a révélé que 88% des Israéliens prendront part à un Seder le soir de Pessah (il n’y a qu’un seul seder en Israël) et que 47% des Israéliens mangent casher le pessah… donc moins de la moitié.

Certains secteurs sont soumis à un grand nettoyage, à une grande cachérisation pour Pessah, c’est par exemple le cas de l’armée.

200 aumôniers de Tsahal, dont des réservistes, ont pour tâche de rendre casher le pessah des centaines de cuisines, salles à manger et coins alimentaires utilisés par les soldats dans les bases de tout le pays.

Selon le rabbin Zev Roness, capitaine dans l’école de formation blindée, "Il s’agit d’un ensemble d’opérations ...

L’armée se prépare plus d’un mois avant Pessah afin de s’assurer que toutes les cuisines de l’armée répondent aux plus hautes normes kasher le Pessah."

Et quelques scènes de rue en Israël méritent le détour.

Quelques jours avant le Seder, de jeunes hommes brandissent des chalumeaux et des grandes cuves d’eau bouillante dans certains quartiers et près des mikvés, pour tout cachériser.
Le ministère de l’Energie a même communiqué sur les dangers inhérents au nettoyage au gaz dans la rue.

Côté technologique, Pessah constitue aussi un pic du nombre de sms, de mails et d’appels pour les opérateurs téléphoniques et internet, pour se souhaiter un Pessah Cacher ve sameah.
Certains se font même très beaux pour Pessah, si bien que les salons de coiffure affichent généralement complets.

Le soir du Seder doit aussi faire avec la circulation sur certaines routes, puisque beaucoup de familles et amis se réunissent.

Enfin, il faut aussi souligner que, compte tenu du faible nombre de jours de vacances en Israël, certains profitent des jours fériés de Pessah pour partir à l’étranger … et ne fêteront pas partout Pessah.

Misha Uzan - JForum / Correspondant spécial en Israël