vendredi 3 mai 2013

Le mystère de la pierre Gabriel



Qu'est-ce que la pierre Gabriel et que représente-t-elle? Les chercheurs continuent aujourd'hui de débattre de l'importance de la pierre dite Gabriel retrouvée il y a 13 ans sur les rives de la mer Morte et qui comporte 87 lignes d'un texte prophétique inconnu daté de l'époque du Second Temple et de Jésus.

La Pierre Gabriel

En effet, une ancienne tablette de calcaire recouverte d'un texte hébreu mystérieux qui contient l'archange Gabriel (d'où son nom) est au centre d'une nouvelle exposition à Jérusalem, alors même que les chercheurs continuent de débattre sur ce que la pierre signifie.

Les spécialistes y voient comme un portail des idées religieuses qui circulaient dans le pays d'Israël à l'époque où Jésus était né. Sa forme est unique – de l'encre sur la pierre, et non pas de la sculpture - et aucun autre tel texte religieux n'a été trouvé dans la région depuis les manuscrits de la mer morte.

Les conservateurs du Musée d'Israël, où la première exposition consacrée à la pierre s'ouvre ce mercredi 2 mai pensent qu'il s'agit du document le plus important retrouvé dans la région depuis la découverte des Manuscrits de la Mer Morte.

"La Pierre Gabriel est en quelque sorte un manuscrit de la Mer Morte écrit sur la pierre", a déclaré James Snyder, directeur du Musée d'Israël. L'écriture date de la même période et utilise les mêmes caractères hébraïques calligraphiques, comme quelques-uns des manuscrits de la mer Morte, une collection de documents qui contiennent les plus anciens manuscrits survivants connus des textes de la Bible hébraïque.

La pierre Gabriel a fait sensation en 2008 lorsque le bibliste Israël Knohl a livré une théorie audacieuse selon laquelle l'écriture fanée de la pierre allait révolutionner la compréhension du christianisme primitif, affirmant qu'elle comprenait un concept de résurrection messianique qui a précédé Jésus. Son interprétation a provoqué une tempête dans le monde des études bibliques et des savants ont convoqué une conférence internationale l'année suivante pour débattre des lectures du texte. Une équipe de documentaire pour National Geographic avait également mis en avant cette théorie. Une équipe américaine d'experts, à l'aide de technologies de numérisation de haute résolution a également essayé - mais a échoué - de détecter un peu plus l'écriture fanée.

Knohl, professeur de Bible à l'Université hébraïque de Jérusalem, a par la suite revu à la baisse sa théorie d'origine, mais le débat scientifique féroce qu'il a suscité a continué à se propager à travers le monde académique, attirant l'attention internationale sur la pierre.

Les experts bibliques débattent encore du sens de cette écriture, en grande partie parce que beaucoup d'encre a été érodé aux points cruciaux du passage et la tablette dispose de deux fissures diagonales qui tranche le texte en trois morceaux. Les conservateurs de musée affirment que 40% des 87 lignes sont lisibles. L'interprétation du texte présentée à l'exposition du Musée d'Israël est l'une des cinq mises en avant par les chercheurs.

Tous s'accordent à dire que le passage décrit une vision apocalyptique d'une attaque sur Jérusalem où Dieu apparaît avec des anges sur des chars pour sauver la ville. Le personnage central est l'ange Gabriel, le premier ange à apparaître dans la Bible hébraïque. "Je suis Gabriel" dit l'écriture.

L'inscription de la pierre est l'un des passages les plus anciens comportant l'archange, et représente une "explosion des anges du judaïsme du Second Temple" à un moment de grande angoisse spirituelle pour les Juifs à Jérusalem à la recherche de connexion divine, a déclaré Adolfo Roitman, un commissaire de l'exposition.

L'exposition retrace l'évolution de l'archange Gabriel dans les trois religions monothéistes, affichant un fragment des manuscrits de la mer Morte, qui mentionne le nom de l'ange, le Codex de Damas du 13ème siècle, un des plus anciens manuscrits enluminés de la Bible complète en hébreu, un Nouveau Testament manuscrit de Bretagne du 10ème siècle, dans lequel Gabriel prédit la naissance de Jean Baptiste et apparaît à la Vierge Marie, et un manuscrit d'un Coran iranien daté du 15ème ou 16ème siècle, où l'ange, appelé Jibril en arabe, révèle la parole du Prophète de l'islam Muhammad.

"Gabriel n'est pas de l'archéologie. Il est toujours d'actualité pour des millions de personnes sur terre qui croient que les anges sont des êtres célestes sur la terre", a déclaré Roitman. La Pierre Gabriel, dit-il, est "le point culminant d'une tradition continue qui est toujours d'actualité aujourd'hui."

L'histoire de la découverte de la pierre est par ailleurs tout aussi étrange que son sens. Un bédouin dit l'avoir trouvé en Jordanie, sur les rives orientales de la mer Morte vers l'an 2000, selon Knohl. Un professeur d'université israélien a examiné plus tard, un morceau de terre collée à la pierre et a trouvé une composition de minéraux qui ne se trouve que dans cette région de la mer Morte. La pierre a fini en fin de compte dans les mains de Ghassan Rihani, un marchand d'antiquités jordanien basé en Jordanie et à Londres, qui à son tour a vendu la pierre au collectionneur israélo-suisse David Jeselsohn à Zurich pour un montant non précisé.

Rihani est décédé depuis. Le bibliste s'est rendu en Jordanie plusieurs fois mais a été incapable de trouver l'emplacement d'origine de la pierre. Jeselsohn a ensuite prêté la pierre au musée d'Israël pour un affichage temporaire.

Lenny Wolfe, un marchand d'antiquités de Jérusalem, a indiqué qu'avant que le croupier jordanien ne l'ait acheté, un autre intermédiaire lui a faxé une image de la pierre et l'a mise en vente.
"Le fax n'était pas net. Je n'avais aucune idée de ce que c'était", a déclaré Wolfe, qui a transmis l'offre. Ce fut "l'un de mes plus grands ratés", a déclaré Wolfe.

Quelle fut la fonction la pierre, où était-elle affichée, et pourquoi ses écrits sont inconnus?
"Il ya encore tellement de choses qui ne sont pas claires", a déclaré Michal Dayagi-Mendels, conservatrice de l'exposition.