mercredi 16 janvier 2013

Archéologie : l'Herodion va renaitre de ses ruines


Hérodion, le site du palais monumental du roi biblique Hérode et de sa tombe, sera prochainement restauré.

par Mylène Sebbah, pour Israëlinfos

D'ici trois ans, selon les prévisions de travaux, la gloire du roi Hérode, le célèbre roi de Judée, s'élèvera à nouveau dans les faubourgs de Bethléem. 

La construction grandiose qu'il érigea entre l'an 23 et l'an 15 avant l'ère chrétienne, culminera à vingt-cinq mètres de hauteur, visible depuis Jérusalem. 

Le site d'Hérodion est un exemple impressionnant du génie antique. 
C'est un monticule conique artificiel qui abritait un palais royal fortifié et le tombeau destiné au roi. 
Ses murs d'une hauteur de plus de soixante mètres abritaient des cours spacieuses et des thermes. 
C'est le seul des nombreux projets de construction du roi Hérode à porter son nom. Il a été détruit en 70 lors de la grande révolte contre Rome.

C'est en 2007 qu'Ehud Netzer, professeur d'archéologue à l'Université hébraïque de Jérusalem, a affirmé que le site d'Hérodion n'était autre que le lieu de sépulture du roi biblique, la tombe elle-même n'a été découverte qu'en 2010.

En plus d'être un despote impitoyable et paranoïaque, le roi Hérode est aussi connu pour avoir été un grand bâtisseur. On lui doit les travaux pharaoniques d'aménagement et de rénovation du Mont du Temple, la construction de fortifications massives autour de Jérusalem, le palais de Massada, le port de Césarée et l'édifice monumental au sommet de la grotte des Patriarches à Hébron.

Le Tombeau des patriarches, sacré à la fois pour les Juifs et pour les Musulmans, fait également partie de ce vaste plan du gouvernement israélien pour la réhabilitation de trois cents sites du patrimoine biblique et national de l'État Juif. 

Plus de cent sites ont déjà été achevés, notamment le Hall de l'Indépendance (Hekhal Haatsmaout) de Tel-Aviv et le Moulin de Montefiore dans le quartier de Yemin Moshe à Jérusalem. 
Un musée Albert Einstein devrait également voir le jour.
Le tout pour un coût total d'environ 188 millions de dollars (140 millions d'euros).

Le Président de l'Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, a déjà mis Israël en garde : un tel programme pourrait causer "une guerre de religions". Pas moins.
Alors qu'il a tente de renommer le tombeau d'Abraham en mosquée d'Ibrahim, il est certain que l'investissement d'Israël sur des sites bibliques dans les territoires administrés par l'Autorité palestinienne peut contrecarrer les projets de "purification culturelle" entamé par
Mahmoud Abbas