mercredi 16 janvier 2013

Dossier : De Neve Tzedek à Neve Shalom Haïm Amzalag et Zerah Barnet 3e partie




Par Misha Uzan. Publié à l'origine sur le site Un écho d'Israël


Après Aharon Chelouche (1e partie) et Shimon Rokach (2e partie) deux autres hommes comptent parmi les pères de Neve Tzedek : Haïm Amzalag, vice-consul britannique, chargé de la protection des Juifs à Jaffa, et Zerah Barnet, le fondateur de Neve Shalom.



Né en 1824 (ou 1828 selon les sources) à Gibraltar Haïm Amzalag (ou Amzalleg) débarque à Jaffa dès les années 1850 avec sa famille. Son père Joseph Amzalag était un ami personnel de Moïse Montefiore à l’origine des habitations juives hors les murs de Jérusalem. Son père s'était installé en partie à Jaffa dès 1816. Sur ses traces Haïm Amzalag contribua à la sortie des murs de Jaffa. Face à l’afflux des immigrants, essentiellement d’Afrique du nord, la communauté juive de Jaffa commence à s’organiser dans les années 1860. En 1863 est créé le premier conseil public nommé « Conseil de ville de Jaffa ». Sa première initiative fut l’institution à Jaffa d’une branche de l’Alliance israélite universelle, dont Haïm Amzalag tint la présidence. Puis en 1876, l’homme est nommé vice consul. On raconte qu’il était tellement fier de sa position qu’il ne délaissait jamais son uniforme. Il fut chargé de nombreuses affaires dans la ville, notamment de l’entreprise du chemin de fer entre Jaffa et Jérusalem qui passe sous le futur pont Chelouche. A ce titre il fait figure de superviseur dans la construction de bâtiments à l’extérieur des murs et participe ainsi à la création de Neve Tzedek. La maison Amzalag, l’une des premières du quartier, existe encore aujourd’hui. On compte également Haïm Amzalag parmi les acheteurs de terre à Petah Tikvah, créée en 1878, ainsi qu’à Rishon Le Tzion fondée en 1882 à quelques kilomètres au sud-est de Jaffa.

Né en 1843 en Russie, Zerah Barnet immigre dans sa jeunesse à Londres où il passa d’abord sept années. Il y apprit longuement le talmud mais aussi l’anglais, qui lui servit beaucoup pour les affaires. Il met les pieds en terre d’Israël pour la première fois en 1872, travaillant entre Londres et Jérusalem. Il s’occupe à la construction de quartiers dès 1874 en participant à la fondation de Mea Sharim à l’extérieur de la vieille ville, quartier connu aujourd’hui comme le quartier orthodoxe par excellence. En 1877 il s’allie à Yoel Moshe Salomon et cofonde la ville de Petah Tikva au nord-est de Tel Aviv, qui comprend elle aussi une population orthodoxe relativement forte aujourd’hui.

En 1890 est édifié le quartier de Neve Shalom, adjacent à Neve Tzedek à son sud-ouest. Son initiative est antérieure à celle de son futur voisin et voit jour au sein de l’entreprise de construction « L’aide d’Israël » fondée par Eleazar Rokach et son frère Shimon (voir 2e partie). La compagnie achète des champs à la frontière de Jaffa, les divise et entreprend de les vendre à des habitants de la ville surpeuplée. Le nom est déjà trouvé : Neve Shalom, en référence à une phrase du prophète Isaïe. Mais faute d’argent le projet n’aboutit pas et c’est à Neve Tzedek, juste à côté que s’établissent les premiers pionniers de Tel Aviv.
Pour autant Zerach Barnet ne renonce pas. A 47 ans et après de nombreux voyages à Londres, il ne se sent plus l’âme d’un laboureur. C’est pourquoi il vend sa maison à Petah Tikva  et obtient un prêt de la banque Boléro à Jérusalem. Il réussit ainsi à acheter un espace dans les faubourgs de Jaffa. Malgré de nombreuses difficultés et quelques railleries il construit une allée de maisons et les vend à bas prix. Barnet inaugure le quartier le 1er août 1890, Neve Shalom est né. Il connaît son essor lorsque le rabbin Naftali Hertz Halevi s’y installe. Suivent de nombreuses familles dont Zerach Barnet lui-même qui en fait lui aussi sa résidence permanente. Barnet continue à donner de sa personne et son argent pour le développement du quartier. En 1896 par exemple il crée un établissement d’éducation nommé ‘Les portes de la Torah’. C’est là qu’est érigée la Yeshiva (école d’études religieuses) ‘La lumière brille’ qui porte aussi le nom de Barnet. Quarante ans plus tard Zerach Barnet décède, en 1936, dans ce qui est alors déjà Tel Aviv. Il est enterré à Jérusalem. Son nom est célébré aussi bien à Tel Aviv qu’à Petah Tikva et Jérusalem. On trouve par ailleurs aujourd’hui une rue Neve Shalom au sein de Neve Tzedek, juste après les rues Chelouche, Rokach, et Amzalag. Avec le temps la toute petite ‘Oasis de paix’ Neve Shalom, a été intégrée à l’’Oasis de Justice’ Neve Tzedek pour ne former plus qu’un seul et même quartier.


Voir le site de l’auteur : http://mishauzan.over-blog.com